Investigations scientifiques

Le commissaire Lecoq de l’écrivain Émile Gaboriau est à l’origine de ce que Sherlock Holmes appellera “la science de la déduction”. Au-delà du roman, la criminalistique apparaît au Royaume-Uni en 1786. En 1910, Edmond Locard crée le véritable laboratoire de police scientifique à Lyon. À partir des années 1950, cette science est délaissée faute de budget et de personnel.

Plus de détails

24997

Disponibilité : En stock

32,00 €

À la fin des années 1980, les avancées technologiques et la volonté dont fait preuve la gendarmerie nationale replacent l’exploitation scientifique des traces et indices au centre des enquêtes. L’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRGN) est le seul laboratoire à être accrédité par la section laboratoire du Comité français d’accréditation (Cofrac). Au fil des affaires, cet institut a su prouver ses compétences dans la lutte contre la criminalité. Page après page, le lecteur découvrira les coulisses de ce sanctuaire, du travail des techniciens en identification criminelle (TIC) sur les scènes d’infractions aux analyses des scientifiques et des ingénieurs de l’IRCGN. Quotidiennement, ces hommes et ces femmes font parler les indices, parfois invisibles à l’œil nu, comme l’imaginait Edmond Locard un siècle plus tôt. Cet ouvrage interactif intègre de nombreux « flashcodes » donnant accès à plusieurs témoignages de personnalités qui ont contribué à la modernisation de cette science.   « Il faut tenter de remplacer, dans la mesure déjà possible, les témoins qui se trompent et qui mentent par ceux qui ne peuvent ni se tromper ni mentir, c’est-à-dire les indices. » (Edmond Locard, La Police, ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être, éditions Payot, 1919).

  • EAN 13 9782726897157